Encoprésie l’expression d’un mal être, comment vivre avec ?
5 (100%) 1 vote


Dans cet article, j’aborderai la notion liée à l’expression du mal être de votre enfant du fait de son encoprésie. 






 

Qui n’a jamais fait “caca” sur lui lorsque nous étions encore enfant ? Qui ? Personne ne peut hélas lever le petit doigt.

Un problème d'éducation lié à la santé de votre enfant.


Réservez votre entretien vidéo ou téléphonique avec moi.


Je tiens à vous soutenir

Et bien plus particulièrement après un repas copieux, on s’est tous laissés prendre un jour ou l’autre au piège d’une défécation involontaire, tout le monde le sait.

Malheureusement certains enfants en feront un peu trop dans leur caleçon au point que PAPA et MAMAN ont commencé à s’inquiéter.

Cette manière involontaire, inattendue et récurrente de se salir avec ses excréments n’importe où même en publique s’appelle l’encoprésie.

Si votre enfant souffre de ce trouble, ne vous affolez pas. Je vais vous aider à régler ce problème. Pas, par un coup de baguette magique bien évidement.

Mais en suivant quelques conseils et astuces simples que de nombreux parents parmi vous ont déjà essayé avec leurs enfants et pour lequel le résultat était positif.

Votre tour est peut-être venu d’essayer.

Je vais commencer par vous définir ici dans ce texte ce que c’est que l’encoprésie.

C’est un mot qui peut ne pas vous sembler familier, vous dire par quels symptômes on peut reconnaître l’encoprésie et qu’est-ce qui peut provoquer l’encoprésie chez votre enfant.

Les conséquences de l’encoprésie sur votre enfant sont nombreuses. C’est pourquoi je ne doute pas du fait qu’elle est l’expression d’un mal-être qui malheureusement l’enfant devra apprendre à vivre avec.

En tant que parent je vais vous aider à savoir réagir à l’encoprésie de votre enfant et je vais vous montrer comment l’aider.

Mais je pense que cela ne suffit pas, il faut aussi trouver quel traitement pour lutter contre l’encoprésie de votre enfant. Là encore je vais m’atteler à vous apporter des éléments de réponse.

En résumé, l’encoprésie fait partie des troubles de comportement de l’enfant. Mais il est désormais possible de la traiter en se faisant aider par votre médecin.

Vous et votre enfant, vous pouvez également vous faire accompagner par les précieux conseils de “Recettes pour mieux vivre en famille” si vous en avez besoin.

encoprésie enfant adolescent que faire

           Une éducation bienveillante et soutenante

 

Voila comment définir l’encoprésie 

On parle d’encoprésie lorsque votre enfant n’arrive plus à contrôler ses scelles et défèque sur lui-même.

En d’autres termes, il s’agit de fuite des scelles d’un enfant dans des endroits auxquels l’on ne s’attend pas autres que les toilettes habituelles après l’âge de 4 ans de jour comme de nuit.

L’encoprésie peut être secondaire lorsqu’elle a lieu alors que la propriété de l’enfant n’est pas totalement acquise et secondaire quand elle survient après la période de propriété où l’on peut tout de même constater quelques incidents sans grande importance ça et là.

Pour que les défécations incontrôlées deviennent un mal être source d’angoisses pour les parents que vous êtes, il faut qu’elles surviennent depuis au moins six mois à une fréquence d’au moins une fois par mois.

A ne pas confondre avec de simples souillures de slip de votre enfant qui n’a pas bien nettoyé son derrière après avoir fait ses scelles.

Par contre si votre enfant se trouve dans ses premiers moments de son apprentissage de la propreté, il peut déraper de temps en temps. On appelle pas cela encoprésie.

Ce ne sont que des accidents pour dire qu’il n’a pas encore acquis tous ses réflexes. On parle d’encoprésie lorsque les défécations continuent surtout après la période de propreté.

Tout comme les troubles du langage, l’encoprésie fait partie des troubles du développement de votre enfant auxquels vous devez accorder la plus grande attention.

Lors de mes multiples interventions, en ce qui concerne la prévalence, j’ai constaté que les chiffres sont tout de même élevés :

  • L’encoprésie concerne 3% des enfants jusqu’à l’âge de 4 ans.
  • 5% voire 2% des enfants de 8 ans.

Les chiffres parlent d’eux mêmes. C’est pourquoi, si votre fille ou votre garçon semble “caca” sur lui le plus souvent alors qu’il ne présente aucun signe de troubles pathologiques.

Vous devez vous poser des questions au mieux courez consulter un professionnel de la santé.

retour en haut

 

Qu’est-ce qui peut provoquer l’encoprésie chez votre enfant ?

Les causes de l’encoprésie ne sont pas clairement identifiées. Chez votre enfant comme chez les grandes personnes, elle se manifeste en général un mal-être qui n’échappe à personne.

En examinant les sujets au cas par cas, on se rend compte que certains facteurs psychologiques et des antécédents familiaux contribuent à sa survenue.

Il peut s’agir :

  • D’une éducation à la propreté mal assurée, abus sexuel pour la jeune fille et physique pour le petit garçon et vis et versa pourquoi pas, bouleversement profond dans la vie de l’enfant, conflits dans la fratrie, décès d’un proche, divorce brutal des parents entraînant un déficit de l’attention par exemple. L’encoprésie est plus fréquente chez les enfants présentant un retard du développement.
  • L’encoprésie peut être aussi simplement passagère si votre enfant présente une déchirure anale intervenue lors du passage en force de scelles difficiles plus que d’habitude. Par la suite l’enfant peut se retenir et ne plus vouloir aller aux toilettes de fait de ses douleurs jusqu’à ce qu’il ait des fuites de scelle par débordement. Si rien n’est fait pour remédier à cette nouvelle situation, l’encoprésie finit par s’installer et se produire cette fois-ci de manière involontaire.
  • Dans la plupart des cas, elle est liée à la rétention des scelles causant un étirement des sphincters anaux suivi d’un déséquilibre de la région anale.

Ce n’est pas normal pour votre enfant de déverser ses excréments n’importe où.

Cela fait honte de voir son enfant déféquer dans son caleçon n’importe où même en public. Cependant, il peut s’agir d’autre chose.

C’est pourquoi, je vous exhorte à tout faire pour en déterminer la cause profonde et la traiter en vous faisant accompagner. Seul, c’est difficile je dirai même qu’il vous sera impossible d’y arriver.

Entourez-vous de personnes ressources capables de vous aider à résoudre le problème.

retour en haut

 

Les méfaits de l’encoprésie sur votre enfant 

Une fois l’encoprésie constituée, elle suscite des sanctions familiales qui appellent un comportement de rejet de la part de l’entourage de l’enfant.

Même son de cloche à l’école où l’angoisse de l’enfant se trouve aggravé par des moqueries à longueur de journée de la part de ses camarades de classe si ce n’est de tout l’établissement.

Ainsi, l’enfant se retrouve du jour au lendemain replié sur lui-même.

Si rien n’est fait, il devient petit-à-petit la risée de tous.

Cela entraîne très souvent la baisse de l’estime de soi mélangeant la honte à un sentiment de culpabilité qui peut entraîner la dépression durant toute la durée de son parcours scolaire.

Comme vous pouvez le constater, l’encoprésie entraîne des problèmes physiques avec des répercutions sociales mais aussi psychologiques tant chez l’enfant lui-même mais aussi chez les parents que vous êtes.

Ne laissez pas l’encoprésie de votre enfant s’installer.

Réagissez, parlez-en à votre médecin qui peut vous orienter vers un gastro-antérologue s’il craint une cause organique.

retour en haut

 

Savoir réagir à l’encoprésie de votre enfant et comment l’aider ?

Savoir réagir contribue à améliorer les symptômes de votre enfant.

  • Manifester de l’énervement vis-à-vis de votre enfant, ne fera que renforcer son problème surtout qu’il l’utilise pour entretenir une relation que je peux qualifier d’agressivité avec vous ses parents mais aussi avec son entourage. On entre alors dans un cercle vicieux si je peux m’exprimer ainsi.
  • Lorsque vous entreprenez des soins thérapeutes avec l’enfant, le plus souvent ces traitements ne se déroulent pas sur un long moment ou sont suivis de façon anarchique. Vous me direz que vous avez tout essayé et aucun résultat. Cela peut-être vrai mais peut-être que vous n’avez pas laissé un temps suffisant à votre enfant pour qu’il s’en accommode. Pour qu’une stratégie puisse marcher, il est important de faire perdurer le traitement sur un long temps mais surtout de ne pas vouloir faire tout en même temps.
  • Il est également très important de demander à l’enfant de participer au nettoyage de ses habits de façon autonome lorsqu’il fait caca sur lui. Ce n’est pas une manière pour vous de le punir pour lui rappeler que ce qu’il a fait n’est pas bien. Mais plutôt pour lui permettre de gagner en autonomie et lui apprendre peu à peu à se séparer de vous et à être propre. Tant que vous serez là pour l’encourager à quitter le nid, dites vous qu’il mettra plus de temps pour aller à la découverte du monde.

Fourrer votre nez dans tous les caleçons de votre enfant, n’est pas une façon pour vous de l’aider.

C’est vrai que votre enfant a besoin de votre soutien et de votre compassion.

Ecoutez au moins ce qu’il a à vous dire si quelque part il en ressent le besoin ou s’il se sent honteux.

Ce n’est pas une raison de plus pour tomber dans l’excès en restant à ses cotés pour jouer la police.

Il n’est pas non plus votre ennemi, c’est votre enfant. Mais montrez lui vos limites.

  • Montrez-vous indiffèrent par moment quelle que soit la stratégie utilisée. Ne mettez plus au centre de vos préoccupations ses “caca”.                                                   Rappelez-lui que de toutes les façons, il sera toujours seul à les nettoyer car il en est responsable. Lorsqu’il sera confronté à l’angoisse et à la honte, je suis sûr qu’il fléchira et en avisera.
  • Dédramatiser la situation est une manière d’aider l’enfant sans le savoir à vivre avec son encoprésie.                                                                                                             Ça peut l’aider à sortir des difficultés passagères lorsqu’il se rendra compte de lui-même que personne n’est disposée à le suivre dans ses bêtises.                                           J’en suis sûr que certains signes disparaîtront comme ils sont venus du jour au lendemain.
  • Si en tant que PAPA ou MAMAN vous avez été confrontés à ce genre de problème et entretenus des relations de peur avec les siens lorsque vous étiez enfant comme lui, racontez-lui pour le rassurer.                                                                               Peut-être que ça l’aidera à ne plus avoir peur. Il se dira qu’il n’est pas seul dans cette situation.

Maintenant, si vous ne savez où donner de la tête:

  • Prenez un rendez-vous avec un spécialiste. Je vous encourage très fortement à adopter cette démarche qui me semble être salutaire.                                             Vous pouvez toujours solliciter les services d’un psychologue pour un travail autour de la relation parent/enfant avec au centre cette question d’encoprésie.                           Vous pouvez aussi solliciter les services d’un pédopsychiatre pour aider l’enfant à traverser son symptôme sans prise de tête. C’est son problème même si compte tenu de son jeune âge il en n’a pas tout le contrôle.                                                     Renseignez vous pour lui trouver un traitement.

retour en haut

 

Quel traitement pour l’encoprésie de votre enfant ?

La principale manifestation de l’encoprésie réside dans la perte involontaire de matière fécale ce qui fait d’elle un trouble handicapant qu’il faut enrayer. Mais comment ?

Pour le moment, il n’existe pas encore de médicament pour soigner l’encoprésie.

Néanmoins on peut passer par des mesures spécifiques pour mettre fin à l’écoulement involontaire des excréments de votre enfant. Comment cela peut-il se passer?

D’abord, il faut reconnaître que le traitement de l’encoprésie est long et difficile. Et ce n’est pas facile à suivre pour un enfant, raison pour laquelle vous les parents, vous avez un rôle crucial à jouer sur le sujet.

Dans un premier temps, vous pouvez commencer par nettoyer l’intestin de l’enfant en évacuant les matières fécales à l’aide de lavements à la maison. Mais cette manière de faire n’est pas trop conseillée dans la mesure où elle est contraignante tant pour l’enfant que pour vous les parents.

C’est pourquoi dans un second temps, vous devez songer en accord avec son médecin, à élaborer une prise en charge médicale qui établira un plan de traitement permettant de rétablir la régularité des scelles avec des mesures diététiques incluant une bonne alimentation riche et équilibrée.

Le rétablissement pur et simple de l’évacuation des scelles seul ne pourra pas suffire pour stopper l’encoprésie de l’enfant.

D’autres mesures peuvent être ajoutées. Il peut s’agir de :

  • La stimulation électrique du nerf tibial postérieur de l’enfant. C’est une des rares solutions aux problèmes d’encoprésie avec ou sans incontinence urinaire.
  • L’utilisation de laxatifs prescrits sous plusieurs formes pour rétablir une routine d’évacuation quotidienne. A ce niveau, certains parents m’ont rapporté que le laxatif n’est pas toujours bon pour le système digestif de l’enfant.                                         Je vous invite à questionner le médecin à ce sujet.

Quelques semaines après le début de ce traitement, vous allez remarquer que les muscles lisses du rectum de votre enfant vont commencer à reprendre du tonus. Le système nerveux jusque là débosselé retrouvera une certaine sensibilité fonctionnelle.

Mais il faut dire que la guérison ne sera pas acquise pour autant. Beaucoup reste à faire et le traitement devra donc se prolonger dans le temps.

Il faut aussi dire que le médecin devra varier le traitement selon la gravité des troubles du système nerveux et l’atrophie musculaire colo-rectale survenue.

Donc très chers parents, pour mettre fin à l’encoprésie de votre enfant, il faut du temps. Je ne peux pas vous dire exactement combien il vous en faudra.

Je comprends votre impatience de finir avec cette histoire qui n’a que trop duré, je comprends votre souffrance mais voila un peu ce que je peux vous dire au niveau du traitement de l’encoprésie de votre enfant.

N’oubliez surtout pas que vous pouvez compléter mes informations avec les conseils d’autres spécialistes de l’enfant qui pourront vous indiquer d’autres manières avec lesquelles ils pourront résoudre le problème de votre enfant.

Vous pouvez également faire appel à “Recettes pour mieux vivre en famille” afin de vous éclairer sur le mal-être qui secoue votre fils.

retour en haut

 

En résumé 

En résumé, sachez que l’encoprésie n’est pas une fatalité. Elle attaque aussi bien les enfants comme les grands.

Quel que soit l’origine de l’encoprésie de votre enfant, on peut toujours trouver un moyen pour l’éradiquer. Le problème, c’est de savoir ce qu’il faut faire.

C’est pour cette raison que je vous demande de ne pas négliger cet article. Il vous parle de ce mal-être profond qui peut ronger votre enfant si rien n’est fait.

A la fin de votre lecture, si votre enfant souffre de ce trouble, vous serez mieux armé pour l’affronter.

Recettes pour mieux vivre en famille” peut également être associé à toutes vos démarches en dernier recours pour des conseils avisés.

retour en haut


 

Exposez moi votre problème, posez-moi votre question. Je vous proposerai ensuite une analyse. Consultez-moi pour des solutions fiables et efficace.

Please enter your comment!
Please enter your name here