Mon enfant veut faire ses études à l’étranger
5 (100%) 1 vote

Dans cet article, j’aborderai la notion du désir de votre enfant d’aller faire ses études à l’étranger

 

Mon enfant veut faire ses études à l’étranger et depuis des années, il VOUS parle de voyage, d’aventure, de prendre son envol au lendemain de sa majorité. Prenez le temps d’en discuter calmement avec lui Il se renseigne sur les différentes facultés se trouvant à l’étranger et postule pour quelques-unes d’entre elles.

VOUS le laissez faire, ne voyant là que des rêves d’enfants. Cependant ça y est, il vient d’avoir 18 ans. En tant que parent, VOUS devez comprendre le choix de votre enfant. Les inscriptions dans le secondaire touchent à leur fin et votre enfant vous explique clairement qu’il veut faire ses études à l’étranger. Entre inquiétude et incertitude, comment devez-VOUS réagir?, comment l’accompagnez au mieux dans son choix, et comment mûrir le projet ensemble. Recettes pour mieux vivre en famille toujours a vos côtés pour répondre à vos questions ce qu’il faut retenir.

 

Prenez le temps d’en discuter calmement avec lui

Empêcher votre enfant de faire ses études à l’étranger n’est pas la meilleure solution. Je vous conseille, dans un premier temps, d’en discuter ensemble. Quelles sont les raisons de votre blocage? De quoi avez-VOUS peur? N’hésitez pas à jouer carte sur table. VOUS n’avez rien à perdre. Mieux vaut connaître ses réelles motivations et essayer de le comprendre, plutôt que de VOUS montrer complètement fermé, sachant qu’il partira tout de même. N’oubliez pas qu’il est jeune et pleins de projet. Votre refus risque de le motiver encore plus.

 

Avant d’avoir la conversation que VOUS redoutez tant, prenez une feuille et un stylo et griffonnez toutes les questions qui vous passent par la tête:

  • Pourquoi aller faire tes études à l’étranger alors que tu peux les faire en France?
  • Où aimerais-tu partir?
  • La vie y est-elle chère?
  • As-tu mis assez d’argent de côté pour anticiper les aléas de la vie?
  • Quelles sont les études que tu souhaites faire?
  • Penses-tu rentrer pendant les vacances scolaires?
  • Penses-tu être assez mature pour vivre cette expérience maintenant?
  • Ne souhaites-tu pas commencer tes études en France dans un premier temps, et les terminer à l’étranger?
  • Comptes-tu partir seul ou avec quelqu’un?
  • Souhaites-tu faire une année d’étude à l’autre bout du monde ou plusieurs?
  • Quand veux-tu partir?
  • Aimerais-tu que je t’accompagne? Que je vienne te voir pendant les vacances scolaires si tu ne peux pas rentrer?

La liste n’est pas exhaustive. VOUS pouvez lui poser toutes les questions qui VOUS passeront par la tête, sans pour autant, lui porter préjudice. N’oubliez pas qu’il est majeur et qu’il est donc libre de prendre des décisions sans spécialement vous consulter. Essayez de choisir le moment propice aux confidences et de ne pas vider votre sac pendant une potentielle dispute.

Retour en haut

Du conflit à la coopération : Comprendre et prévenir les luttes avec vos enfants. 

Devenez le parent que vous voulez être. 


Réservez votre entretien d'échange vidéo ou téléphonique avec moi.


Je tiens à vous soutenir

 

Comprendre le choix de votre enfant

N’avez-VOUS jamais rêvé de parcourir le monde, seul ou avec des amis? Prendre vos responsabilités en main et ne pas savoir de quoi demain sera fait? Je suis certain que cette idée vous a déjà traversée l’esprit. Mais aujourd’hui, c’est votre enfant qui veut faire le grand saut. Essayez de réfléchir différemment, et demandez-VOUS tout ce que pourrait lui apporter cette expérience. Quels sont les avantages qu’il pourrait en tirer à faire ses études à l’autre bout du monde, plutôt qu’à côté de chez vous ?.

 

Je vous propose quelques pistes de réflexions qui pourront VOUS aider:

  • Il gagnera en maturité. En partant loin du cocon familial, votre enfant devra prendre ses propres décisions et apprendre à se gérer tout seul. Il devra lui-même s’imposer un couvre-feu et des règles qu’il devra absolument respecter s’il veut gagner votre confiance et réussir ses études.
  • Il reviendra de nos jours, la pratique des langues étrangères est devenu indispensable. Pour la plupart des entreprises, la maîtrise de l’anglais fait partie des critères obligatoires pour voir son CV retenu. VOUS savez qu’il n’apprécie pas spécialement les cours de langue au lycée, mais cela ne veut pas dire qu’il aura du mal à se débrouiller sur place.
  • Il fera de nombreuses rencontres. Si votre enfant est réservé, il sera bien obligé de communiquer avec les personnes qui l’entoure, que ce soit au sein de son université pour mieux comprendre les cours ou avec les amis qu’il se fera. Si, au contraire, votre enfant est plutôt extraverti et va facilement vers les gens, il reviendra avec bien plus d’amis qu’il n’en n’avait en partant. Que ce soit des rencontres faites dans un contexte scolaire ou festif.
  • Il aura une plus grande ouverture d’esprit. En effet, qu’il parte dans le pays voisin ou à l’autre bout du monde, en plus d’une langue différente, la culture l’est d’autant plus. Après avoir vécu seulement deux petits mois en Thaïlande, je peux VOUS assurer que votre manière de voir le monde change radicalement. Pour ma part, j’ai appris que le matériel n’est que secondaire et les nombreuses personnes l’ayant déjà compris, sont culturellement parlant plus riches que nous. J’ai pu vivre aux côtés de personnes qui n’ont rien, mais qui ont tellement à vous offrir.
  • Lorsqu’il reviendra, votre complicité ne sera que meilleure. Après cette séparation plus ou moins longue, les anecdotes à VOUS raconter seront nombreuses. Pensez aux longues heures devant un verre à rire devant des photos, à s’enrichir de son expérience ou encore écouter ses petites histoires toutes aussi farfelus les unes que les autres.

Retour en haut

 

Mûrir le projet ensemble

Si VOUS avez scrupuleusement suivi tous ses conseils, VOUS devez arriver à cette étape avec une plus grande ouverture d’esprit qui VOUS permet d’accepter un peu plus les choix de votre enfant. Pour lui montrer votre bonne foi et VOUS rassurer encore plus, VOUS pouvez lui proposer de l’aider dans ses démarches. Ses dernières sont très nombreuses, et votre aide ne sera pas de trop.

 

Il faut:

  • Choisir sa facultéet y être accepté,
  • Chercher et trouver un appartementà proximité de l’établissement. Effectivement, malgré la barrière de la langue et d’une ville que VOUS ne connaissez pas, regardez si le logement et l’université sont bien desservi. Est-il possible d’y aller à pieds? Si oui, combien de temps faut-il compter? Si non, faut-il effectuer des changements de bus?
  • Demander à sa banque de la monnaie étrangère. Avant d’arriver dans le nouveau pays, je VOUS conseille vivement d’aller à la banque et leur vendre quelques euros contre la devise étrangère. Cela permettra à votre enfant de ne pas paniquer en arrivant dans cette ville étrangère, seul.
  • Se renseigner pour une carte étudiant internationale. Cette étape est souvent négligée, pourtant c’est une acquisition importante. Grâce à cette carte, votre enfant pourra bénéficier de promotions non négligeables sur des places de cinéma, de théâtre…
  • Se renseigner et souscrire à un forfait téléphonique international. Sans cedernier, les factures risquent d’être salées… Si VOUS ne souhaitez pas effectuer cette demande, VOUS pourrez tout de même communiquer avec votre enfant via les réseaux sociaux ou des applications ne nécessitant pas d’abonnement téléphonique,
  • Prendre les documents nécessaires pour souscrire à une assurance maladie internationale. Votre mutuelle française ne couvrira pas votre enfant lorsqu’il quittera le territoire national. De nombreuses couvertures existent, exclusivement prévues à cet effet. VOUS aurez alors la certitude de le voir rentrer en bonne santé.

Il ne VOUS reste plus qu’à faire les courses nécessaires avant le départ (vêtements, nourriture pour le trajet…) et surtout de prendre les billets d’avion.

Retour en haut

 

Ce qu’il faut retenir

Pour conclure, avant d’empêcher catégoriquement votre enfant de partir, essayez de comprendre ses intentions, ce qu’il veut découvrir et réfléchir sur ce que cette expérience lui apportera. Essayez ensuite de monter ce projet avec lui, qu’il comprenne que malgré vos réticences, VOUS êtes quelqu’un d’ouvert, toujours prêt à aider et soutenir votre enfant. Cette épreuve VOUS rapprochera un petit peu plus de votre enfant.

Retour en haut

 

Recettes pour mieux vivre en famille                  A chaque visite une nouvelle saveur

 


 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here