Fille au pair comment préparer votre ado au grand départ
5 (100%) 1 vote

Dans cet article, j’aborderai la préparation du grand départ de votre adolescente en tant que fille au pair

 

Partir en tant que jeune fille au pair est une aventure extraordinaire dans la vie de chacun.

Elle permet de rencontrer de nouvelles personnes, apprendre ou perfectionner une langue étrangère et surtout, découvrir la culture du pays dans lequel vous vous trouvez, tout en étant en immersion dans une famille.

C’est une expérience qui ne se vit qu’une seule fois, alors si votre enfant souhaite le faire, qu’il a l’occasion de partir, laissez le s’enrichir de cette aventure.

Il reviendra avec pleins d’histoires à vous raconter.

Dans cet article, nous aborderons, dans un premier temps, la réelle signification de “jeune fille au pair” et les modalités pour pouvoir partir.

Nous aborderons également un sujet qui fait souvent polémique chez les futurs jeunes au pair: faut-il partir avec ou sans organisme ?

Ensuite, nous nous demanderons combien de temps faut-il partir et comment être sûre et certain que vos enfants sont bel et bien prêts à partir, que leur attentes sont en adéquation avec ce qui les attend là bas.

Maintenant que votre enfant est certain de vouloir partir, comment faut-il préparer le départ, et comment rester en contact avec lui une fois qu’il sera à l’autre bout de la planète?

Du conflit à la coopération : Comprendre et prévenir les luttes avec vos enfants. 

Devenez le parent que vous voulez être. 


Réservez votre entretien d'échange vidéo ou téléphonique avec moi.


Je tiens à vous soutenir

fille au pair garçon au pair comment l'accompagner

      Une éducation bienveillante et soutenante

 

Que signifie “jeune fille au pair” ?

Une jeune fille au pair est (très souvent une fille, mais détrompez-vous, des garçons tentent aussi cette folle aventure) une personne, souvent âgée entre 18 et 26 ans, qui va aller vivre dans une famille étrangère pour s’occuper des enfants. Elle devra les emmener à l’école, les préparer le matin, aller les chercher à l’école, faire des activités avec eux les weekends ou les jours de travail du moins. En fonction de la famille en question, la jeune fille au pair, devra donner un petit coup de main pour préparer à manger si les parents ne sont pas là, voire faire un brin de ménage si les parents n’ont pas le temps.

Attention, je tiens tout de suite à préciser qu’une jeune fille au paire n’est pas une femme de ménage et encore moins une esclave.

Elle a un certain nombre d’heures de travail par jour, et par semaine, selon la règlementation du pays d’accueil.

La famille n’a donc pas le droit de la faire travailler plus que le nombre maximale d’heure requis.

Retour en haut

 

Quelles sont les modalités pour pouvoir partir en tant que fille pair ?

Pour pouvoir partir comme fille au pair, il y a plusieurs conditions qui entrent en compte:

  • Avoir au moins 18 ans. Dans certains pays, la majorité est de 21 ans, alors dans ce cas là, il faudra se renseigner. Mais par exemple, pour les USA, le Canada, l’Angleterre, l’Ecosse, l’Irlande…, il faut avoir 18 ans. Pourtant, la majorité aux USA est de 21 ans me direz-vous, oui, mais il est tout de même possible de passer son permis dès l’âge de 16 ans, ce qui suffit pour la famille qui vous charge d’emmener les enfants à l’école.
  • Avoir un casier judiciaire vierge. Je pense que cela va de soi puisque vous ne confieriez pas vous-même vos enfants à un rescapé de justice.
  • Certifier d’un certain nombre d’heures avec les enfants. Pour vivre l’aventure comme fille au pair, vous devez pouvoir attester d’un certain nombre d’heures travaillées auprès d’enfants. En effet, vous comprenez bien qu’une famille ne laisserait pas son enfant à une personne qui n’a jamais gardé d’enfant. La famille ne sera pas rassurée, vous aurez du mal à gagner leur confiance et je ne pense pas qu’une famille voudrait laisser ses enfants entre vos mains.
  • Avoir un anglais au moins basique. Personne ne demande à vos enfants de partir bilingue, puisque c’est un des objectifs de ce séjour. En revanche, il est plus que recommandé d’avoir un anglais basique afin de comprendre un minimum ce que les parents diront à vos enfants, ou même ce que les enfants leur diront.
  • Avoir le bac ou équivalent. En fonction du pays choisis, le gouvernement exige un diplôme minimal, comme les Etats-Unis d’Amérique par exemple.
  • Etre en bonne santé. Il serait compliqué pour votre enfant de suivre un traitement lourd à l’étranger. Cela pourrait lui coûter très cher, surtout s’il doit y avoir un déplacement de personnel médical. De plus, la famille serait contrainte de subir les traitement de votre enfant, ce qui n’est pas, il faut le reconnaitre, des plus agréable.
  • Etre non fumeur. La famille qui accueillera votre enfant n’acceptera très certainement pas de fumeur par rapport aux enfants, et aux contacts permanent qu’ils auront tout au long de la journée.
  • Etre flexible, mature et motivé. La flexibilité est importante puisque pendant un de ses jour de repos, un imprévu peu se produire et votre enfant sera contraint d’annuler ses plans et de s’occuper des enfants. Mature puisqu’il aura des enfants de tout âge sous sa responsabilité et motivé parce que ce n’est pas au bout de deux semaines qu’il faut se dire “mince, si j’avais su que ce serait si compliqué, je ne serai pas venue”.

Retour en haut

 

Partir avec ou sans organisme ?

Voila une question assez récurrente pour les personnes qui souhaitent partir en tant que fille au pair.

Comment dois-je partir ? Par mes propres moyens ou en passant par un organisme ?

Afin de répondre à cette question, voici un petit “pour et contre”:

  • Trouver une famille:

Organisme: dans le programme que vous payez, le personnel de cet organisme va vous aider dans la recherche de famille. Vous pourrez même cocher des critères de sélections. Vous préférez une famille monoparentale ou avec un seul enfant? Libre à vous de trouver la famille de vos rêves!

Sans organisme: la grande question est: comment trouver une famille ? Vous ne saurez pas par où commencer si vous ne connaissez pas personnellement une famille à l’étranger prête à vous recevoir.

  • La règlementation sur place:

Organisme: l’organisme est justement là pour aiguiller les futurs filles au pair en leur expliquant la réalité sur place. C’est-à-dire le nombre d’heures minimum par jour, le salaire minimum, à quelle fréquence les familles payeront (semaine ? Mois ? Quinzaine ?)… De plus, il y aura la certitude d’être payé.

Sans organisme: c’est à votre enfant de faire ses propres recherches puisque personne ne sera là pour lui donner les réponses. De plus, le montant des salaires et les fréquences de paiements sont à négocier avec la famille directement, sans certitude d’être payer au dessus du SMIC.

  • Les assurances:

Organisme: il propose une assurance minimale comprise dans le coût du programme. Pour être davantage couvert, il faudra payer un peu plus et se couvrir au maximum, mais elle est incluse dans le programme.

Sans organisme: encore une fois, c’est à votre enfant de faire ses recherches et trouver la couverture la moins cher, mais le couvrirait comme il se doit pour ne pas se retrouver à devoir sortir des sommes exorbitantes pour des soins médicaux.

  • Les billets d’avions:

Organisme: les billets d’avions sont souvent inclus dans les frais de programme. J’entends par là le billet aller mais également le billet retour.

Sans organisme: vous devez vous douter qu’ils seront à la charge de votre enfant, alors il devra guetter les fluctuations de prix avec un navigateur privé.

  • Les frais de programme:

Organisme: ils seront bel et bien présents, mais quand on fait le calcul, ils ne sont pas élevés lorsqu’on regarde vraiment ce qu’ils comprennent.

Sans organisme: ils sont bien évidemment inexistants.

  • Le VISA:

Organisme: votre enfant aura certainement des prix intéressants puisque l’organisme est en partenariat avec l’ambassade du pays dans lequel il ira.

Sans organisme: les VISA sont au prix fort.

  • Les petits + d’un organisme :
  • Vous n’avez aucune inquiétude à avoir puisque l’organisme se charge de tout,
  • Certains offrent une petite formation de quelques jours à l’arrivée afin d’apprendre les bases du métier de fille au pair en anglais,
  • Vous savez que la famille a été sélectionnée parmi plusieurs autres familles…

Retour en haut

 

Partir combien de temps ?

Je ne peux pas apporter de réponse exacte à cette question.

Si vous partez avec un organisme, votre enfant n’aura pas le choix et devra se plier aux conditions fixées par ce dernier. Par exemple, un organisme en particulier propose des séjours d’un an aux Etats-Unis, minimum, qu’il y a possibilité de prolonger de 6, 9 ou 12 mois à la fin de la première année, avec acceptation des deux parties.

Si vous ne partez pas avec un organisme, c’est à votre enfant de convenir de toutes les conditions avec la famille puisque c’est elle qui fixera les règles. Bien évidemment, les deux parties doivent trouver un terrain d’entente.

Retour en haut

 

Comment être sûre et certain que nous sommes faits pour partir comme fille au pair ?

En choisissant un organisme, vous avez des réunions qui se déroulent plusieurs mois avant un potentiel départ.

En effet, ces réunions permettent de se rendre compte si le programme est fait pour nous ou pas, et si vous correspondez au profil recherché par l’organisme en question ou pas.

Lors de ces réunions, vous aurez l’intervention d’une personne qui fait partie de l’organisme (elle est souvent elle-même partie en tant que fille au pair plusieurs années auparavant), ainsi qu’une fille au pair toute fraîchement rentrée de son séjour.

Déroulement d’une réunion d’information:

  • L’ancienne jeune au pair raconte son aventure avec les points forts et faibles de cette dernière. Les souvenirs heureux de partage avec les enfants, les moments d’échanges, d’apprentissage de la langue et de la culture, les voyages… Mais également les souvenirs un peu moins heureux lorsque les enfants désobéissent, lorsque les parents fixent un peu trop de règles concernant l’extinction des feux et le couvre feu pour la voiture.
  • Les réunions présentent un peu plus en détail le rôle d’une fille au pair, et les frontières à ne pas dépasser. La jeune fille doit préparer les enfants et les emmener à l’école, les faire manger, les aider pour les devoirs, être présents et faire des activités et des jeux avec eux.  En revanche, le rôle de la jeune au pair n’est pas de passer ses journées entières enfermée à la maison à faire des tâches ménagères pour les parents, non.
  • Ces réunions parlent du fait qu’il faut suivre des cours à l’université pour valider un certain nombre de crédit, en fonction du programme en question. Certains programmes obligent les jeunes au pairs à valider un certain nombre de crédit, dans une université, mais dans le domaine qu’elle souhaite. C’est-à-dire que la jeune fille peut choisir de suivre des cours de danse, des cours d’anglais, des cours sur l’histoire de son pays d’accueil ou encore des cours de théâtre ou de photographie. De plus, toujours en fonction du pays d’accueil et de l’organisme choisit, la jeune fille bénéficie d’une certaine somme pour pouvoir payer sa scolarité.
  • Les frais de programme y sont clairement expliqués et détaillés. Ils permettent de payer le personnel pour tout le travail de dévouement qu’il a fournit durant toute la recherche de famille et leur disponibilité. Ils comprennent également les billets d’avion aller et retour pour votre destination, une réunion d’information d’une durée de plusieurs jours pour apprendre les bases du métier de fille au pair et de rencontrer toutes les autres jeunes au pairs qui seront dans le même pays à ce moment là. Les jeunes filles au pairs viennent de tous les horizons.
  • Des entretiens individuels. Une fois la présentation terminée, un ordre de passage est choisi pour faire passer un entretien de sélection pour les candidats. Les organismes veulent tout simplement connaitre les motivations de ces derniers, vérifier qu’ils correspondent bien aux critères de sélection pour partir. Pour terminer, ils font passer un entretien, en anglais, pour en savoir un peu plus sur le candidat.

Retour en haut

 

Comment préparer le départ ?

Si vous en êtes à cette étape là, c’est que votre famille a été sélectionnée et vous a elle aussi choisi, vous avez donc passé haut la main les examens de sélection et vous partez dans quelques mois voir quelques jours…

Pour préparer le départ comme il se doit, vous devez absolument:

  • Avoir vos billets d’avion. Qu’ils soient fournis par l’organisme ou à la charge du voyageur, vous devez les avoir en votre possession avant le départ.
  • Avoir fait votre VISA, et le bon. Quoi qu’il arrive, que vous partez avec ou sans organisme, vous allez devoir faire une demande de VISA. Ne vous trompez surtout pas de VISA, sous peine de ne pas pouvoir entrer sur le territoire d’accueil.
  • Entrainez-vous un petit peu pour pouvoir maintenir votre niveau d’anglais, même si vous ne le faites pas progresser.
  • Réfléchissez à votre valise. Vous la ferez en fonction de l’endroit dans lequel vous allez. En effet, vous n’allez pas prendre de pulls si vous allez passer un an en Thaïlande, tout comme vous n’allez pas prendre exclusivement des débardeurs si vous vous expatriez en Islande…

Cette liste n’est pas exhaustive et nous ne pensons jamais à tout ce dont nous avons besoin avant de partir. Nous avons trop hâte et avons la tête ailleurs.

Retour en haut

 

Que faire pour contacter votre fille pendant son séjour ?

Votre enfant va quitter le territoire Français et s’envoler vers un monde nouveau pour de nouvelles aventures. Mais seulement voilà, vous ne voyez pas comment rester en contact avec votre fille.

Voici quelques astuces:

  • Lui prendre un forfait téléphonique international avant qu’elle ne parte.
  • Vous créer un compte Facebook et seulement utiliser la messagerie. Elle n’aura besoin que d’un point de connexion wifi pour communiquer et pas forcément un forfait à payer.
  • Si vous aimez les appels vidéos que vous faites de temps à autre sur votre téléphone portable, vous pouvez continuer à le faire. Vous pouvez donc dès à présent commencer à télécharger Skype ou vous connecter à FaceTime.
  • Vous envoyer des lettres de temps à autre.

Aujourd’hui avec l’évolution de la technologie ce ne sont pas les moyens de communications qui manquent, alors ne vous inquiétez pas, vous pourrez avoir des nouvelles de votre fille presque quotidiennement.

Retour en haut

 

Ce qu’il faut retenir

Partir comme fille au pair n’est pas une décision que l’on prend à la légère puisque c’est un engagement sur un certain nombre de mois.

De plus, si votre enfant passe par un organisme, il devra débourser une certaine somme d’argent non négligeable afin de payer ce dernier.

Quoi qu’il arrive, il devra également dépenser de l’argent pour payer le visa, ainsi qu’adhérer à une assurance maladie étrangère.

Cependant, l’aventure de jeune fille au pair est à vivre si l’opportunité se présente. Il serait dommage de laisser cette chance lui passer sous le nez, elle risquerait de vous en vouloir un sacré bout de temps.

Pour terminer, je tiens tout de même à préciser que tout le long de cet article, je me suis inspiré d’un organisme particulier qui est très intéressant.

J’ai d’ailleurs moi-même assisté à une réunion d’information dernièrement.

Elle était très bien adaptée et menée et à l’image de cet organisme dynamique. Il s’agit de cultural care au pair pour partir aux Etats-Unis d’Amérique.

Retour en haut


 

Exposez moi votre problème, posez-moi votre question. Je vous proposerai ensuite une analyse. Consultez-moi pour des solutions fiables et efficace.

Please enter your comment!
Please enter your name here