Dans cet article, j’aborderai la notion du refus de votre enfant de garder son plâtre

J’aborderai dans un premier temps les raisons du refus de votre fils à garder son plâtre et je vous aiderai à le traiter au cas par cas.

Je commencerai par vous montrer comment aider votre fils à soulager ses démangeaisons et si votre enfant ne peut pas traiter seul la question de sa mobilité, je vous montrerai comment  y parvenir.

Dans mes propos vous saurez également comment accompagner votre fils à atténuer la douleur ressentie au niveau du membre fracturé et comment trouver les mots permettant à votre fils de patienter jusqu’à la fin de la durée du traitement.

Etant donné que toutes les attitudes ne vont pas avec un pied plâtré, je vous montrerai comment votre fils devra se positionner les premiers jours avec son plâtre et quel devra être le quotidien de votre enfant dès son arrivée à la maison malgré son plâtre.

Je finirai mes propos en vous parlant de la protection du plâtre de votre enfant.

Recettes pour mieux vivre en famille

               A chaque visite une nouvelle        saveur

 Les raisons du refus de garder son plâtre

Votre enfant en jouant avec ses amis peut accidentellement se fracturer la jambe. Une fois chez le docteur, il n’y a pas d’autres solutions que de  poser un plâtre que votre enfant devra garder malgré lui jusqu’à sa guérison.

Mais à un moment donné votre enfant peut commencer à se plaindre de cette nouvelle situation inconfortable dans laquelle il se retrouve sans l’avoir souhaitée. En tant que parent, il y a de quoi vous inquiétez et vous angoissez d’autant plus que vous savez le risque qu’il court, mieux que lui, si jamais votre fils ne veut pas garder son plâtre.

Votre rôle dans ce cas là revient à l’inciter afin qu’il garde son plâtre pendant le temps indiqué pour le traitement. Malheureusement, vous ne savez pas toujours comment vous y prendre raison pour laquelle mes propos peuvent vous être d’une importance capitale.

Un problème d'éducation lié à la santé de votre enfant.


Réservez votre entretien vidéo ou téléphonique avec moi.


Je tiens à vous soutenir

Si votre enfant ne veut pas garder son plâtre, vous devez l’interroger et savoir ce qui le taraude. Les enfants inconsciemment ou consciemment savent jouer la comédie ça c’est vrai. Mais si rien de particulier ne le dérange, votre enfant ne voudra pour rien au monde, rejeter son plâtre qui est censé l’aider à retrouver son membre tel qu’il était avant d’être fracturé.

De toutes les façons s’il refuse de dire lui-même ce qui se passe, c’est qu’il s’agit d’un enfant capricieux. Mais les enfants sont ce qu’ils sont. Parfois il faut leur tirer un peu les oreilles pour les ramener à la réalité.

Sinon à regarder de près la situation, votre fils a ses raisons qu’il n’ose pas avouer.

Selon l’avis le milieu médical, les raisons qui peuvent amener votre fils à vouloir casser son plâtre sont multiples. Mais parmi ces raisons, les plus probables peuvent être la démangeaison, la question de la mobilité, la douleur ressentie au niveau du membre fracturé, la durée du traitement qui sont des facteurs très gênants dans le quotidien de votre fils.

Mais avec les enfants, il faut s’attendre à tout. Rien n’est vraiment sûr avec eux, raison pour laquelle, il faut redoubler de vigilance avec votre ado et insister auprès de lui pour qu’il vous dise ce qui se passe exactement.

retour en haut

Aider votre fils à soulager ses démangeaisons

Quel que soit le type de plâtre administré à votre fils, celui-ci peut ressentir des démangeaisons sous le plâtre surtout au début de la pose. Ces démangeaisons sont suivies de picotements auxquels il est difficile de résister.

Votre enfant sera donc tenté de se gratter assez souvent ce qui n’est pas fait pour arranger les choses. Pour ne pas qu’il ait envie de dire qu’il ne veut pas garder son plâtre, expliquez lui les risques qu’il court s’il continue de se gratter. Plus il comprendra le bienfait de son plâtre et plus il pourra surmonter l’envie de se gratter et accepter de conserver son plâtre le temps prescrit.

Bien entendu, votre fils peut utiliser des objets pointus pour se gratter ce qui aura pour conséquence de le blesser au niveau de la peau avec des cas d’infections difficiles à maîtriser. Pour le soulager lorsqu’il essayera de se gratter, proposer lui de se gratter ailleurs comme exemple sur le bras qui n’a rien à avoir avec le plâtre.

Dans le meilleurs des cas, vous pouvez faire appel au personnel soignant ayant posé le plâtre pour voir la conduite à adopter si d’aventure votre fils éprouve de sérieuses difficulté à résister à l’envie de se gratter malgré son plâtre.

retour en haut

Votre enfant ne peut pas traiter seul la question de sa mobilité

Votre enfant ne peut pas traiter seul la question de sa mobilitéSi la pose du plâtre a lieu au niveau d’une des jambes, il sera assez difficile pour votre fils de marcher correctement à cause surtout de la lourdeur du plâtre, sa mobilité sera donc réduite. La conséquence est que votre enfant,non seulement sera cloué au sol mais il sera également privé de jeux pendant toute la durée du traitement, ce qui ne sera pas de son goût.

Lorsqu’il verra ses autres camarades jouer, il aura envie de faire comme eux ce qui ne lui sera pas possible avec son pied plâtré. Cette situation peut être l’une des causes qui peuvent le pousser à ne pas vouloir garder son plâtre le temps imparti. L’enfant ayant des difficultés pour se déplacer, éprouvera toute les peines du monde pour aller à l’école.

Dans ce cas que devez vous conseillez à votre enfant ? En tant que parent, vous pouvez conseiller à votre fils l’utilisation des béquilles ou lui acheter un fauteuil roulant pour lui permettre de se déplacer sans prendre appui sur son membre malade. Ainsi, votre fils pourra s’adonner de temps en temps à certains de jeux favoris ou même pourra aller à l’école comme les autres élèves sans souci.

retour en haut

Aider votre fils à atténuer la douleur ressentie au niveau du membre fracturé

Le membre fracturé en lui-même fait mal, le plâtre permet d’immobiliser l’os cassé et de soulager la douleur.Dans son quotidien votre enfant doit effectuer d’intense mouvement comme par exemple faire ses besoins, se laver, se déplacer pour aller à l’école, le plâtre peut être gênant de par son poids et sa taille ( selon la fracture et l’endroit) et les gestes habituels peuvent devenir compliqués, difficiles et fatiguant pour lui. Si tous ces gestes doivent se répéter tous les jours, votre fils peut ne plus vouloir de garder son plâtre.

Que pouvez-vous faire pour l’aider à atténuer la douleur lors de ses déplacements ?

Tout simplement en lui proposant d’utiliser ses béquilles. Dans le meilleur des cas, vous pouvez tenir comme vous le pouvez le plâtre pour l’aider à se laver ou faire ses besoins par exemple.

L’une des meilleures solutions dans ces conditions, consiste à le porter carrément afin de l’aider à faire ses besoins.

retour en haut

Trouver les mots permettant à votre fils de patienter jusqu’à la fin de la durée du traitement

La durée de l’immobilisation peut être l’une des causes qui font que votre enfant ne veut pas garder son plâtre. En effet, votre enfant devra porter son plâtre le temps nécessaire pour le traitement, ce qui équivaut à 3 semaines, un mois ou voire plus.

Généralement la durée du traitement est indiquée dès les premiers jours de soin,  cette durée peut dépasser comme ne pas dépasser le temps réellement prévu. Il n’y a que le médecin ou le docteur en charge pour déterminer la fin du traitement.

Dans une telle situation, en tant que parent, vous devez trouver les mots pour réconforter votre fils malade et le faire patienter en lui expliquant les raisons de l’immobilisation. Mettre fin prématurément à son traitement en enlevant le plâtre compliquera son problème puisque la guérison ne sera pas totale et cela peut engendrer des complications dans les mois à venir.

retour en haut

Comment votre fils devra se positionner les premiers jours avec son plâtre ?

La vie de votre enfant va être bouleversée après la pose du plâtre, en effet son quotidien en sera modifié et cette étape n’est pas toujours simple. Dès le retour de votre fils à la maison, il doit adopter de très bonnes attitudes vis-à-vis de son plâtre afin d’éviter que le membre plâtré ne gonfle ou qu’il y fasse un œdème. Pour cela, vous devez lui conseiller de surélever la jambe en la déposant par exemple sur un tabouret ou un cousin lorsqu’il est assis.

Lorsqu’il est couché, il devra surélever son pied plâtré avec un cousin ou surélever le bord du lit avec une cale. Si votre fils doit se rendre à l’école malgré son plâtre ce qui n’est d’ailleurs pas conseillé dans les premiers jours, il devra veiller à ce que son membre soit surélevé en le posant sur une chaise.

En tant que parent, vous devez veiller à ce que le membre fracturé ne bouge pas à l’intérieur du plâtre. Si la jambe bouge, c’est que le plâtre n’est pas efficace. Vous devez dans ce cas faire appel au médecin traitant.

De toute évidence, les premières heures, les premiers jours ou les premières semaines sont difficiles à supporter compte tenu de la gêne occasionnée.

retour en haut

Le quotidien de votre enfant malgré son plâtre

Malgré son plâtre, votre fils devra continuer à vivre, c’est pourquoi en tant que parent, vous devez veiller à ce que votre fils n’abîme pas son plâtre. Au moment de prendre son bain par exemple, vous devez l’aider et éviter que le plâtre ne soit mouillé. Si vous voulez, vous pouvez protéger le plâtre avec une couverture en plastique.

Les mouvements brusques sont interdits pendant la durée du traitement. Si votre fils doit se déplacer, vous savez ce que vous avez à faire, vous devez lui porter assistance si son état le nécessite afin qu’il ne chute une seconde fois pour aggraver son cas.

retour en haut

La protection du plâtre

Les grains de sable, les grains de riz, de mais, les objets comme les aiguilles, les lames et tous les objets qu’on peut facilement introduire au niveau du plâtre sont dangereux pour la santé de votre fils dans la mesure où ils peuvent infecter le membre plâtré.

Pour éviter que des accidents mêmes mineurs mais aux conséquences désastreuses pour la santé de votre ado ne se produisent, vous devez redoubler de vigilance.

En tant que parent, évitez de vous prendre pour un personnel médical. C’est vrai que vous devez assister votre fils dans ses épreuves douloureuses qu’il traverse. En cas de doute, n’hésitez pas de vous référer au médecin traitant. Recette pour mieux vivre et là pour vous apporter des réponses

retour en haut

Recettes pour mieux vivre en famille

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.