Phobies sociales chez les enfants, quand votre enfant souffre d’anxiété
5 (100%) 1 vote

Dans cet article, j’aborderai la notion de la phobie sociale dont souffre votre enfant. 

La phobie sociale est la peur intense de devenir humilié dans un contexte social . Les enfants qui en souffrent sembleront excessivement timides, car ils craignent de dire ou de faire quelque chose devant les autres qui les mettrait dans l’embarras.

Cette peur qui paralyse à la rencontre des l’autres. Comment accompagner votre enfant vers la guérison 

Vous avez constaté que votre enfant développe des comportements bizarres ces derniers temps.

Il évite le plus souvent le regard des autres, refuse parfois d’aller en classe sans raisons valables. Il s’inquiète pour si peu, il s’angoisse, il a peur pour si peu et cette situation trouble votre sommeil.

Vous n’avez pas tort. Il se peut que votre enfant soit une personne qui développe une phobie sociale. Mais avant d’aller confier les déboires de votre enfant à un professionnel de la santé pour en savoir plus, je vous recommande de vous plonger dans la lecture de ces passages dans un premier temps afin de savoir réellement ce que c’est qu’une phobie sociale.

Vous en profiterez pour connaitre les causes qui sont à la base de la phobie sociale de votre enfant si tel est le cas.

Vous en décèlerez les symptômes courants de la phobie sociale de votre enfant et quelles sont les conséquences de cette phobie sociale chez votre enfant dans l’immédiat ou même dans le long terme.

Vous en ressortirez mieux armé et vous saurez avant tout savoir comment lutter contre la phobie sociale et les traitements disponibles et saurez par dessus bords comment aider votre enfant à sortir de l’anxiété.

Pour finir, vous comprendrez que face aux comportements troubles de votre enfant, le salut de votre enfant se trouve entre les mains des professionnels de la santé, pas ailleurs.

Phobie sociale, causes et symptômes et traitements

                Une éducation bienveillante et             soutenante

 

Un problème d'éducation lié à la santé de votre enfant.


Réservez votre entretien vidéo ou téléphonique avec moi.


Je tiens à vous soutenir

Qu’est ce qu’une phobie sociale ?

Pour le commun des mortels, la phobie sociale encore désignée sous l’appellation d’anxiété sociale peut être définie comme étant une peur ou une crainte paralysante ou humiliante qu’une personne peut ressentir dans toutes les situations du quotidien et qui l’amène à une conduite d’évitement lors de la pratique de certaines activités ou pouvant créer des situations de solitude certaine très handicapante.

Cette personne phobique soucieuse prise de crise de panique se traduit par l’incapacité de trouver en elle le moyen de se maîtriser de se raisonner.

Toute personne qui est atteinte de phobie sociale, en plus de la peur et de l’anxiété, se préoccupe en général du regard des autres à l’idée qu’ils la juge comme étant une personne faible, stupide, anxieuse, moins que rien ou incapable un handicap à la vie sociale.

L’anxiété n’est pas un phénomène nouveau et ne touche pas seulement les hommes. Elle touche aussi les femmes et dans un pays comme les USA, la phobie sociale toucherait plus de 10% de la population.

Elle viendrait même à la troisième place parmi les troubles physiologiques dont souffrent les gens de cette partie du globe après la dépression et l’alcoolisme.

De nos jours, bien que pouvant toucher les jeunes enfants de moins de treize ans, les jeunes adultes et les adolescents susceptibles de développer un manque de confiance en soi et préoccupés par l’image qu’ils renvoient d’eux-mêmes sont vulnérables à la phobie sociale et font naître des phénomènes anxieux.

Ces jeunes pensent se conduire de manière ridicule, dévalorisation d’eux même.

C’est de ce désordre social que je vais vous parler tout au long de cet article. Je vous invite donc à lui réserver un accueil attentionné si vous avez la chance de le lire.

retour en haut

 

Les causes qui sont à la base de la phobie sociale de votre enfant 

Il est difficile de pointer du doigt ce qui est à la base de la phobie sociale de votre enfant. Ce qui est sure, c’est que la phobie sociale n’est pas la conséquence d’une cause unique mais la résultante d’un ensemble de facteurs.

Certains de ces facteurs sont liés à la personnalité même de votre enfant tandis que d’autres aux différentes expériences et événements de sa vie quotidienne.

A ce niveau, on pourra dire que votre enfant est né introverti ou hypersensible. On retrouve chez cette catégorie de personnes des traits de caractères communs tels que le perfectionnisme ou l’inhibition.

Par définition, ce sont des gens qui ne supportent pas les échecs dans leurs relations avec les autres et sont très exigeantes vis-à-vis d’elles-mêmes ou ayant des parents eux-mêmes peu sociables.

Ce type de personne anxieuse ne tarde pas à se dévaloriser se déprécier elles-mêmes et à prononcer des paroles du genre : j’ai honte du regard des autres, les gens me regarde trop ou bien je n’y arriverai pas, (je suis nul) par exemple.

Dans la grande majorité des situations, la phobie sociale peut prendre naissance suite à des moments de forte anxiété de stress de peur dans les situations sociale que nous vivons au quotidien.

retour en haut

 

Les symptômes courants de la phobie sociale de votre enfant 

Existe-t-il des signes avant coureurs à la phobie sociale ? La phobie sociale peut se reconnaître par plusieurs symptômes.

Si votre enfant commence à s’isoler, si ce qu’il ressent l’empêche d’aller par exemple  à l’école comme ses camarades ou l’empêche de pratiquer ses activités de tous les jours ou à avoir peur des gens sans raison valable.

Je vous conseille de consulter rapidement un professionnel de la santé avant qu’il ne soit trop tard. Votre enfant ou votre ado n’est pas loin de développer un désordre social.

Pour vous aider à y voir clair dans ce qui lui arrive, je vous donne ici quelques signes d’alerte d’anxiété sociale :

  • Avoir la peur de croiser le regard des autres
  • Avoir la crainte de faire la connaissance de nouvelles personnes
  • Craindre d’être sous le regard d’une assemblée ou d’un public pendant que vous faites quelque chose
  • Etre sujet à des critiques, peur du jugement
  • Etre sujet à une peur panique suivie de nervosité
  • Avoir les mains qui tremblent ou de la sueur qui coule devant une situation donnée
  • Avoir la peur de discuter avec des personnes expertes
  • Avoir la peur de prendre la parole en public
  • la peur de parler au téléphone en public
  • Se sentir embarrassé
  • Etre sujets à des plaisanteries
  • Etre au centre de toutes les attentions
  • Conduite d’évitement surtout si cela vous limite dans vos activités de tous les jours ou vous cause des problèmes tous les jours

La phobie sociale chez les enfants 

Les enfants souffrant de troubles de l’anxiété ou phobie sociale ont un trait de caractère propres à eux :

  • Ils évitent parfois le contact visuel avec les autres
  • Ils ont tendance à avoir peur des autres
  • Ils évitent les activités comme les jeux, parler avec les autres, répondre à une question posée par le maître en classe ou lire en classe
  • Ils peuvent se mettre à transpirer subitement devant des situations qui les embarrassent, se plaindre de maux de tête ou d’estomac sans raisons apparentes
  • Ils redoutent la peur de se sentir gêné ou la timidité qui sont des sentiments particulièrement angoissants et susceptibles de déclencher en eux la phobie scolaire.
  • Ils sont très souvent seuls, évitent surtout de se mélanger aux autres et ont moins d’amis

On reconnait facilement cette catégorie d’enfants par des pensées typiques telles que :

  • Les gens me regardent
  • Je ne vais pas y arriver “peur de ne pas être à la hauteur” anxièté de performance
  • Je vais me tromper cette absolu insatisfaction
  • Les autres vont se moquer de moi
  • J’ai honte de parler en public

En tant que parent c’est vous qui connaissez votre enfant. Si vous vous apercevez que votre enfant commence à développer de façon répétée l’un ou plusieurs de ces signes, commencez par vous demander ce qui se passe, son anxiété, ses troubles doivent vous alerter.

Cependant sachez qu’il n’y a pas d’âge proprement dit au cours duquel on peut souffrir de la phobie sociale.

Généralement la phobie sociale débute avec l’enfance par la timidité. Mais pour certains sujets, il va falloir attendre l’adolescence ou l’âge adulte pour qu’elle commence à se manifester avec une première expérience anxieuse, humiliante ou stressante.

Si la phobie sociale n’est pas vitre traitée, elle peut durer pendant longtemps et devenir même chronique.

Vous devez donc chercher sans délai à vous situer sur le cas de votre enfant avec une consultation.

retour en haut

 

Les conséquences de la phobie sociale chez votre enfant

Lorsque la phobie sociale est diagnostiquée assez tôt dans l’enfance par exemple, une prise en charge thérapeutique peut intervenir et un traitement peut donc être mis en place pour essayer de limiter les souffrances du sujet atteint.

Par contre si la souffrance n’a pas été décelée tôt, la phobie sociale peut s’installer pour longtemps. A ce moment là, on peut dire sans se tromper qu’il devient alors difficile de deviner exactement quelles en seront les conséquences.

Cependant ce que l’on sait déjà, c’est que :

  • la souffrance au quotidien est à première vue la première conséquence de la phobie sociale qui attend votre enfant si sa souffrance n’a pas été vite décelée et traitée à temps.

On a vu plus haut, que cette souffrance, ce trouble au quotidien dans sa complication risque d’entrainer chez votre enfant diverses situations d’évitement ou de peur profonde.

Cela s’explique par le fait que votre enfant ou votre adolescent va construire sa vie entière en fonction de ses souffrances et de ses peurs et non plus en fonction de ses intérêts et ses désirs personnels.

Les situations à l’origine de cette crise sociale de votre enfant vont se rencontrer dans les domaines familiaux, professionnels mais aussi scolaires.

  • Dans le domaine scolaire, votre enfant va développer ce qu’on peut appeler la phobie scolaire. Les matins, votre enfant va avoir des difficultés par exemple à aller en classe : Il dira soit qu’il a mal au ventre, soit qu’il va se plaindre de maux de tête plus ou moins atroces soit qu’il n’a pas envie d’aller à l’école tout simplement. Cette situation va l’envoyer à craindre à tout moment d’être interrogé, il va éprouver des difficultés à lire en classe devant ses camarades, une situation sociale peu embarrassante pour votre enfant soucieux.
  • Au sein de la famille, votre ado trouvera toutes les excuses pour ne pas participer aux réunions de famille, éprouvera même des difficultés à prendre le repas familial avec les siens rien qu’à cause des regards par exemple.
  • Devenu adulte votre grand enfant sur le plan professionnel, aura du mal à faire une demande d’augmentation de salaire, à donner son point de vue sur tel ou tel sujet, à défendre une idée pourtant indispensable à la bonne marche de son entreprise.

Le pire dans tout ça, c’est que les situations les plus banales ou farfelues ne tardent pas à tourner au drame

retour en haut

 

Comment lutter contre la phobie sociale : Les traitements

La phobie sociale on le sait n’est pas une maladie en tant que telle. C’est pourquoi certaines langues interviennent pour dire qu’il est difficile et compliqué à la fois de la traiter.

Mais ne vous inquiétez pas. Le thérapeute peut intervenir pour calmer les troubles de votre enfant. Le thérapeute pourra intervenir pour administrer des médicaments comme les antidépresseurs et des tranquillisants pour calmer un temps soit peu les troubles de comportements de votre enfant.

Mais, je ne vous cache rien ce n’est pas un traitement qui peut anéantir complètement l’anxiété et ses effets coralliaires de votre enfant.

Pour les cas les plus compliqués :

  • En plus de ces médicaments cités plus haut, le personnel de santé qui a en charge les souffrances de votre enfant peut lui proposer de suivre un abord psychothérapique. Il s’agit là de psychothérapies comportementales et cognitives nécessaires soit seul ou en groupe pour aider votre enfant à corriger ses mauvais comportements. Le travail du thérapeute par exemple consistera à aider votre ado à élargir les zones de confort dont il a besoin pour se sentir à l’aise pour éviter tant bien que mal les situations angoissantes auxquelles il peut être confronté de façon progressive par des exercices de façon quotidienne. Ces exercices peuvent être des séances d’hypnose ou toute une série de démarches comportementales au cours desquelles votre enfant et vous-mêmes pourrez poser toutes les questions qui vous tracassent.

Cela suffit-il pour que votre enfant retrouve la sérénité ?

retour en haut

 

Comment aider votre enfant à sortir de l’anxiété ?

Je reconnais que le seul travail du thérapeute ne constitue pas une solution en soit pour permettre à votre ado de mettre le nez où il veut et quand il le veut.

C’est pourquoi, je vous demande en tant que parents de faire votre part de sacrifice.

Pour ce faire, vous devrez :

  • Aider votre ado à affronter progressivement les situations d’anxiété de crainte ou de peur profonde pouvant se présenter à lui. Essayez donc de lister avec votre enfant ses symptômes, afin d’apprendre à les reconnaître et ainsi mieux appréhender leurs manifestations de panique.
  • Faire preuve de compréhension et de patience dans votre accompagnement de tous les jours

Dans tous les cas, un jour ou l’autre, dites-vous que votre enfant devra dans une certaine mesure apprendre à maîtriser lui-même ses pulsions et à éviter tout seul toutes les situations de craintes pouvant le mettre en difficulté soit :

  • Au cours des réunions de famille
  • Au cours des dîners
  • En classe avec ses camarades de classe
  • Au cours des jeux avec ses camarades de jeux

Pour le moment, reconnaissez qu’il ne souffre pas de maladie purement physique. Il est donc mal dans sa peau du fait de troubles qu’il ressent.

Il peut même lui arriver de ne pas trouver à certains moments les mots appropriés pour expliquer ce qui lui arrive tellement il est traumatisé par je ne sais quoi.

Il sera donc difficile de demander à un praticien de prescrire un médicament précis à votre enfant atteint de trouble du comportement pour qu’il guérisse de ces troubles ou de l’anxiété.

Mais avec des gestes simples, vous pouvez l’aider à retrouver un bien être social, mental mais aussi intellectuel. Cela passe par la mise en œuvre d’un ensemble de facteurs visant à lui permettre de lutter contre la racine de son mal.

En tant que parent même si vous n’avez pas la solution miracle, vous avez votre mot à dire dans le cadre familial. Vous ne devrez pas pousser votre ado à commencer une thérapie aujourd’hui et baisser les bras demain sous prétexte que vous êtes fatigué et espérer des lendemains meilleurs.

Sortir de l’anxiété ou de la phobie sociale nécessite un travail ou un effort de longue haleine. On ne lutte pas contre l’anxiété, l’angoisse, le stress par un coup de baguette magique.

Aussi, vous devez :

  • inciter votre enfant à aller consulter un professionnel de la santé de façon régulière pour faire soit un test soit un bilan de santé mentale. Faites attention pour ne pas vous faire arnaquer par n’importe quel professionnel de la santé. A ce titre, je vous conseille de prendre attache avec un psy. Il est le spécialiste de la phobie sociale associée à un état dépressif pour avoir faire des études dans ce sens.
  • Amener votre enfant à retrouver la confiance en soi en lui faisant comprendre par exemple qu’il n’est pas le seul dans la situation. Cela ne peut se faire que si vous l’associez pleinement à la vie familiale.
  • Aider votre enfant à apprendre les bonnes techniques pour affronter les peurs inconscientes et non fondées
  • Encourager votre enfant à continuer les exercices indiqués par le thérapeute et à persévérer de sorte à ne par fuir ou reculer devant une panique jusqu’à ce que l’angoisse soit tombée
  • En tant que parent, vous devez opérer des changements dans l’alimentation de votre enfant. Cela doit vous amener à éviter de lui servir des excitants alimentaires tels que le café, le thé, le cola, le chocolat, le tabac sous toutes ses formes, les boissons énergétiques et alcoolisées au cours de ses repas. En contrepartie, sa nourriture devra être riche en protéines animales à chaque repas de sorte à lui permettre d’avoir une alimentation équilibrée.
  • N’oubliez pas que pour être moins angoissé, votre enfant devra être en forme physiquement. Il doit donc dans la mesure du possible pratiquer des activités sportives.
  • Veiller à ce que votre enfant se repose plus et à avoir une vie saine.
  • Inviter votre ado à travailler plus les situations qui l’angoissent et le stressent.
  • Donner lui des objectifs simples et concrets, réalisables vérifiables pour qu’il se sente mis en confiance dans son accomplissement, à vous en tant que parent de le complimenter ce qui va nourrir sa confiance en soi. 

De ce point de vue, il devra éviter de :

  • Se stresser
  • Endosser les faux comportements appris tout au long de sa vie

retour en haut

 

Pour finir

Pour conclure, je dirai tout simplement que la phobie sociale n’est pas une maladie mortelle en tant que telle. Mais elle dérange au point que s’il rien n’est fait pour votre enfant qui se plaint de ses méfaits, les conséquences à court et à long terme peuvent lui être difficiles à surmonter.

Comme solution, en tant que parent vous n’avez pas d’autre choix que faire appel à un spécialiste en la matière pour ses conseils avisés.

Trêve de bavardage. J’espère que vous avez retenu l’essentiel. Maintenant si des zones d’ombres persistent, je vous invite à vous tourner vers « Recettes pour mieux vivre en famille » qui ne ménagera aucun effort afin de vous entretenir sur ce qui vous tracasse.

Et vous ? Quelle est votre expérience de la phobie sociale ? Pour vous peut-on mourir de la phobie sociale ?

retour en haut


 

1 commentaire

  1. Bonjour,
    Si vous avez des questions ou des besoins de précisions, n’hésitez pas.

    Votre expérience et vos conseils sont aussi les bienvenues.

    A Bientôt.

Exposez votre problème, posez votre question. Je vous proposerai ensuite une analyse. Consultez-moi pour des solutions fiables et efficace.

Please enter your comment!
Please enter your name here